Présentation

Après deux ans d’interruption en raison de la crise du Covid, la 38ème édition du rallye de la Lys – Ville de Saint Venant se déroulera le week-end prochain, week-end de Pâques. Coincé entre deux week-ends d’élection présidentielle, le même jour que la course cycliste Paris Roubaix, l’équipe de Laurent Fournez a dû revoir son parcours deux mois avant l’échéance : « Nous étions partis pour reprendre le parcours prévu pour 2020 quand la préfecture du Nord nous a refusé d’emprunter son territoire, les forces de gendarmerie étant concentrées sur le Paris Roubaix. Nous avons perdu 60 km chronométrés et avons dû trouver une nouvelle spéciale dans le Pas de Calais, revoir le découpage horaire pour tout de même proposer 130 km aux équipages. Le Lys Auto Racing n’envisageait pas d’organiser au rabais ». Après avoir été le théâtre des débuts en rallye de Stéphane Lefebvre sur une Clio Ragnotti en 2010, d’Adrien Van Beveren sur 4 roues (en ouverture), l’épreuve ouvrira cette année le calendrier national de la ligue (hors rallye du Touquet qui marquait le début du championnat de France). Cela contribue probablement à son succès : « En deux semaines, nous avons atteint la limite de 200 inscriptions et avons dû ouvrir une liste d’attente (30 équipages), nous avons alors demandé une dérogation accordée pour partir à 210 et ne laisser personne au bord de la route. Autre satisfaction, nos partenaires nous ont suivi, car les annulations ont fait mal à nos réserves (17 000€ en 2020, moins l’année dernière). Après quelques moments difficiles, je peux vous certifier que l’équipe est très motivée ». Samedi, les pilotes quitteront St Venant à partir de 10h pour disputer deux fois trois chronos (La Carrière, Trous sans Fond et Haute Lys) et revenir à partir de 18h37. Dimanche, il décolleront plus tôt à 8h pour trois boucles de 2 ES (La Biette et Berge de la Lys), l’arrivée sera jugée à partir de 18h14 avec la remise des prix sur le podium. Avec huit adversaires au volant d’une monture de la catégorie R5 comme lui, le vainqueur sortant Jean Benoît Houssin aura fort à faire. On pense notamment au pilote de l’Est Christophe Wilt, seul à disposer de la VW Polo que tout le monde recherche pour sa puissance moteur. Il vient cependant de terminer derrière Laurent Bayard à Epernay, le local vainqueur de 2012 à 2017 (avec sa Toyota Corolla WRC) à la Lys se verrait bien obtenir son premier succès en R5 avec la Skoda Fabia qu’il maîtrise de mieux en mieux. Sur une monture analogue, le bas normand Sébastien Alemany va découvrir le parcours, le bethunois Samuel Salaun va découvrir sa Citroën C3. Si la météo est clémente, le vainqueur 2018 Yves Saint Requier pourrait tirer avantage de la puissance de sa Porsche 991 GT3 préparée par le funambule tourangeau Anthony Cosson. L’épreuve historique pourrait être disputée avec la première participation du flamand Paul Lietaer qui est passé cette année à une Escort RS 1800 TC. Le rallye pourra être suivi sur le site du rallye de la Lys ainsi que sur la radio NRJ St Omer (102.3 FM).
Lys Auto Racing  - Rallye de la Lys
Lys Auto Racing  - Rallye de la Lys

Echos des vérifications

Superatis Tauri montis verticibus qui ad solis ortum sublimius attolluntur, Cilicia spatiis porrigitur late distentis dives bonis omnibus terra, eiusque lateri dextro adnexa Isauria, pari sorte uberi palmite viget et frugibus minutis, quam mediam navigabile flumen Calycadnus interscindit. In his tractibus navigerum nusquam visitur flumen sed in locis plurimis aquae suapte natura calentes emergunt ad usus aptae multiplicium medelarum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis domitis et Hierosolymis captis in provinciae speciem delata iuris dictione formavit. Incenderat autem audaces usque ad insaniam homines ad haec, quae nefariis egere conatibus, Luscus quidam curator urbis subito visus: eosque ut heiulans baiolorum praecentor ad expediendum quod orsi sunt incitans vocibus crebris. qui haut longe postea ideo vivus exustus est.